Aller au contenu
Aller au contenu

Internet est en pleine mutation.

De ses infrastructures sous-jacentes à la façon d'interagir des utilisateurs, Internet évolue de nombreuses manières. Le rapport de 2017 de l'Internet Society anticipait une économie d'Internet hyperconnectée, dans laquelle aucun secteur de l'économie et aucun segment de la société n'échapperait à l'influence des technologies. Parmi les autres questions abordées, ce rapport cherchait également à savoir si ce bouleversement sous l'impulsion des technologies favoriserait les acteurs économiques actuels d'Internet, ou s'il donnerait lieu à davantage de concurrence et d'entrepreneuriat. Dans son rapport de 2019, l'Internet Society explore de manière plus approfondie l'évolution de l'économie d'Internet. Le rapport se penche sur la présence croissante des plateformes en ligne dans l'économie d'Internet, sur les répercussions que cette présence pourrait avoir sur la société, l'innovation, la concurrence et l'économie, ainsi que sur l'architecture d'Internet dans son ensemble.

Dans son rapport de 2019, l'Internet Society cherche à déterminer si l'économie d'Internet se consolide, et, le cas échéant, quelles seraient les répercussions potentielles de cette évolution. Avec la domination de Facebook dans la messagerie sociale, de Google dans la recherche sur Internet et d'Amazon dans le commerce en ligne, les principales plateformes en ligne s'accaparent des interactions humaines fondamentales. Cette position dominante, les ressources financières et la portée qui l'accompagnent permettent aux plateformes d'étendre leur influence et d'accéder à de nouveaux espaces de marché, des véhicules autonomes à l'intelligence artificielle en passant par les services infonuagiques et plus encore. Cette influence s'appuie sur les effets sans précédent des réseaux, les vastes réserves de données sur les utilisateurs, l'agilité commerciale et la faiblesse du cadre réglementaire, facteurs rarement accessibles à d'autres types d'entreprises.

Dans ce rapport, l'Internet Society reconnaît les aspects extrêmement pratiques qu'apportent ces plateformes aux internautes. Par ailleurs, l'Internet Society reconnaît également les inquiétudes exprimées par certains au sujet de cette position dominante et de la responsabilité de ces entreprises vis-à-vis de la société et de l'économie. Le rapport de 2019 étudie ces problématiques et examine cinq tendances et thèmes clés qui sont ressortis au cours des nombreux échanges avec la communauté de l'Internet Society, ainsi que dans les enquêtes et les entretiens avec des experts, des leaders d'opinion et des influenceurs.

La première tendance consiste en ce que nous appelons l'évolution vers des “environnements de service complet.” Les plateformes en ligne ont évolué pour offrir un large éventail de services et d'outils, conçus pour être extrêmement pratiques, dans les domaines de la communication, du divertissement, de la productivité et de la vie quotidienne. En substance, ces environnements proposent par défaut un accès à Internet par l'intermédiaire d'un fournisseur de solutions complètes. Pour maintenir l'engagement des utilisateurs et continuer d'augmenter leurs revenus, les plateformes en ligne s'étendent à des types de services et de contenus nouveaux.

Par ailleurs, les environnements de service complet opèrent à une échelle permettant aux entrepreneurs de faire des choses qui leur seraient autrement impossibles, par exemple accéder à une base de clientèle bien plus vaste ou à des ressources et à une expertise qu'aucune petite entreprise ne pourrait obtenir avec des ressources propres et un temps limités. Bien que les plateformes génèrent d'innombrables possibilités, elles sont également susceptibles de limiter l'innovation par la poursuite de leurs propres intérêts avant ceux des utilisateurs, limitant ainsi la concurrence et les choix offerts aux utilisateurs.

Nous observons également que l'interopérabilité et l'élaboration et de la mise en œuvre de normes fonctionnent de plus en plus comme une fonction d'échelleand. Dans cette situation, l'Internet ouvert, collaboratif et interopérable est influencé par une poignée de grandes entreprises, et leur échelle et leur part de marché jouent un rôle significatif dans l'élaboration et la mise en œuvre des normes techniques ouvertes dont dépend Internet. Un nombre restreint de grandes entreprises est en mesure d'influencer la nature d'Internet comme réseau ouvert, collaboratif et interopérable. Ces grandes organisations peuvent par ailleurs accélérer l'adoption de normes existantes mais peu utilisées, par exemple la norme IPv6, et soutenir l'élaboration et les tests de nouvelles normes, ce qui est bénéfique pour Internet dans son ensemble.

Cependant, le recours croissant à des IPA majoritairement développées par les plateformes remet une plus grande partie de la fonctionnalité et de l'interopérabilité d'Internet entre les mains d'écosystèmes extrêmement puissants, dont les intérêts ne correspondent pas nécessairement à ceux des autres. Enfin, l'innovation, les services et les applications pourraient à l'avenir dépendre de l'accès à un groupe restreint de plateformes et de services propriétaires, ce qui rendrait ces applications moins flexibles, moins fiables et moins aptes à générer de nouvelles innovations.

Inévitablement, la topologie d'Internet évolue elle aussi. La capacité d'un petit nombre de fournisseurs de contenus et de services infonuagiques à investir dans leurs propres réseaux et à déployer leurs serveurs à la périphérie du réseau à très haut débit amplifie la tendance actuelle à « l'aplatissement » d'Internet, par laquelle les réseaux d'accès sont de plus en plus interconnectés et dépendent de moins en moins du transit international. Les réseaux d'accès évoluent rapidement, entraînés par le développement de l'Internet des objets (IdO) et d'autres besoins de traitement sur une grande variété d'appareils d'utilisateurs, y compris les nouvelles technologies telles que les véhicules autonomes. Les principaux fournisseurs de services infonuagiques (parmi lesquels comptent certaines grandes plateformes Internet) sont bien positionnés pour dominer la nouvelle ère de l'Internet des objets (IdO) et de l'informatique en périphérie. Cela entraîne à son tour une transformation de la topologie d'Internet, avec une diminution du transit international et l'apparition de réseaux et services plus complexes, privés et spécialisés.

L'une des conséquences de la consolidation et de la concentration que nous avons énoncée est ce que nous appelons les “dépendances profondes.” Les fournisseurs de solutions complètes par défaut, l'interopérabilité, l'élaboration et la mise en œuvre de normes à grande échelle ainsi que l'aplatissement de l'infrastructure d'Internet résultent tous de la concentration et de la consolidation dans des secteurs clés. Cela crée des dépendances, à la fois au sein d'une couche et entre les couches Internet. La création de nouvelles utilisations et entreprises et de nouveaux services dans l'économie mondiale dépend de plus en plus d'un petit nombre de plateformes privées, détenues par les plus grandes entreprises d'Internet.

Même si le risque d'une défaillance catastrophique semble minime, un tel événement pourrait déclencher une réaction en chaîne sur d'autres secteurs de l'économie mondiale. Les plateformes continuant de s'étendre, d'accéder à de nouveaux secteurs et marchés pour souvent y occuper une position dominante, il existe un risque de dépendances sociétales croissantes vis-à-vis d'une poignée d'acteurs économiques très puissants. Ce risque est amplifié par un pouvoir économique exceptionnel. Le fait qu'une entreprise ou une technologie données demeurent vulnérables aux perturbations, aux transformations et à la concurrence a été l'une des clés du succès d'Internet, une caractéristique que l'Internet Society appelle « l'absence de favori permanent ». Cette caractéristique pourrait être menacée par les dépendances croissantes.

La cinquième tendance est le nombre croissant de réponses aux effets négatifs  — réels ou supposés — de la concentration et de la consolidation. Il existe un intérêt croissant et une volonté plus forte au sein des gouvernements de répondre aux problématiques complexes relatives à l'économie, la société et la gestion. Ces problématiques, qui vont des fausses nouvelles aux pratiques anticoncurrentielles, se retrouvent dans les utilisations, les services et les domaines d'accès de l'économie d'Internet. Elles se trouvent dans différents secteurs et dans différentes régions et institutions. Les gouvernements ont adopté différentes stratégies pour y répondre. Certains sont plus tolérants face au risque de domination du marché, si cela permet par la même occasion d'offrir l'accès à Internet et à ses services, et d'autres ont traditionnellement tendance à moins réguler. Par ailleurs, certains pays, notamment les membres de l'Union européenne, travaillent pour obtenir des réponses concertées entre les agences concernées, qui comprennent généralement les organismes de réglementation de la concurrence, de la protection des consommateurs et de la protection des données. De même, plusieurs groupes de parties prenantes ont porté leur attention sur différentes problématiques relatives à la dominance.

L'Internet Society reconnaît que l'impact de la consolidation et de la concentration sur l'économie d'Internet ainsi que sur sa nature ouverte, interopérable et mondiale est difficile à évaluer. Comme indiqué précédemment, le fonctionnement à grande échelle offre également des avantages. La consolidation et la concentration peuvent également être très profitables à l'utilisateur, en lui fournissant des plateformes qui proposent une expérience sur Internet sans heurts. D'autre part, l'impact sur l'innovation, l'entrepreneuriat et surtout la concurrence est difficile à définir. Il est difficile de déterminer l'incidence qu'auront la concentration et la consolidation sur les choix offerts aux utilisateurs, notamment en termes de contenus, de services et de fournisseurs.

La dernière partie de ce rapport énumère une série de questions pertinentes pour l'Internet Society, la communauté dans son ensemble et toutes les parties intéressées par un Internet florissant. L'Internet Society intégrera ces questions à son plan d'action pour 2019, avec pour objectif de répondre à certaines d'entre elles dans son rapport de l'année prochaine. Nous nous réjouissons à l'avance du soutien et de l'engagement continu de la communauté dans les discussions au cours de l'année qui commence.