Et si… La convergence du numérique et du physique avait changé notre manière de nous nourrir - pour le mieux ?

La connectivité universelle alliée avec le big data ralentissent le changement climatique, un burger après l’autre

A la fin des années 2000, l’industrialisation de la nourriture impliquait le fait qu’un seul plat pouvait contenir des éléments provenant de dizaines de sources. Mais les scandales alimentaires continuaient : lait maternel contaminé, viande de cheval dans des hamburgers au bœuf, et bien pire. Les réglementations n’arrivaient pas à suivre, avec l’allongement perpétuel des chaînes de fournisseurs, dans des qualités de plus en plus désastreuses, et en falsifiant les lieux de production pour obtenir un meilleur prix.

La mise en œuvre, au début des années 2020, de nano-cablâges dans les capteurs a révolutionné la résistance physique et les capacités de ce que l’on appelle l’Internet des Objets (IoT), dans lequel tout et tous pourraient être connectés en réseau.

L’IoT a rapidement trouvé son chemin dans la production alimentaire, rendant les chaînes d’approvisionnement plus sûres et les lieux de production et de vente plus précis et exhaustifs. En utilisant l’IoT, l’impact de la production alimentaire sur l’environnement est devenu plus évident grâce, par exemple, au fait de lier les registres de provenance avec les mesures du coût environnemental. Les commentateurs et analystes se sont mis à parler d’un « Internet de l’Alimentaire » (IoF)

Peut-être de manière prévisible, les premiers à adopter l’IoF n’ont pas été les grands industriels alimentaires, mais des fermiers et agriculteurs bio. Leurs produits de qualité avaient le plus souffert d’un marché en lequel les consommateurs n’avaient plus aucune confiance.

Dorénavant, chaque steak a son pedigree : détails sur la vie de l’animal, émissions de méthane et circuit d’acheminement. Rien que pendant les cinq dernières années, le nombre de végétariens et de vegans a doublé. Sont-ils motivés par les catastrophes météorologiques qui sont aujourd’hui devenues notre « nouveau quotidien » ? Où est-ce juste plus difficile de manger un gigot d’agneau en sachant à quel endroit exact il gambadait ? Quoi qu’il en soit, l’IoF a amélioré l’efficacité de la production et réduit la demande de nourritures à fort impact sur l’environnement.

Ces questions étudient la façon dans laquelle Internet pourrait évoluer. Mais le chemin que nous prenons dépend de nous.

Appartenant à