Et si… les réseaux spécialisés et les standards propriétaires devenaient la nouvelle norme ?

Internet est-il condamné ? Les Ouvreurs ont la réponse

Alice Raven n’a pas l’apparence d’une révolutionnaire, mais elle s’exprime comme tel. A l’occasion de ce qui s’avèrera être la dernière réunion de l’IETF, en 2022, la Singapourienne à la voix douce présenta plusieurs diagrammes et graphiques, beaucoup de tableurs et quelques formules algébriques. La ligne directrice de son discours devenu viral instantanément était son titre : Internet est-il condamné ? Sa réponse étant : « Probablement, mais pas nécessairement. »

Les recherches de Raven tendaient à prouver ce que beaucoup craignaient : grâce aux duopoles mondiales, aux structures à la propriété opaque, aux formations de trafic de réseaux et à l’enfermement de 25 % du trafic mondial dans les frontières nationales, l’Internet mondial est tellement concentré qu’il n’y a plus que cinq failles potentielles. Raven rappela les jours glorieux de normes, protocoles et flux ouverts de l’IETF : « C’était une ère d’optimisme par rapport aux réseaux, que nous avons clairement oubliée et même, tristement bafouée. »

Sa génération a grandi à l’ère des réseaux cloisonnés, avec les paramètres des normes usurpés par les grandes plateformes Internet. Il n’y a pas d’Internet (avec un grand I) ; maintenant nous avons plusieurs Internets, dit-elle, des réseaux fermés destinés à gagner de l’argent et bloquer les innovations ouvertes. La présentation de Raven se termina sur un cri de ralliement : le seul moyen de revenir aux heures d’optimisme et d’opportunités d’Internet est d’agir ; il était temps de dire « Jamais plus » et de revenir aux principes fondamentaux d’ouverture, d’accès mondial et d’interopérabilité.

Le discours de Raven mena plusieurs centaines d’ingénieurs à une nouvelle ère, à la sortie de cette réunion. Les « Ouvreurs », comme ils s’appellent entre eux, sont un groupe libre d’ingénieurs et de programmeurs militant pour une ouverture radicale des réseaux. Ils cumulent les constructions et les actes de résistance : un jour bâtissant un réseau communautaire dans une mégalopole d’Asie du Sud, l’autre forçant l’ouverture d’un point d’échange se présentant comme mondial qui, en fait, détourne des paquets de données du nord de l’Europe affamé. Les Ouvreurs ne veulent pas reconstruire l’ancien Internet, ils veulent en inventer un meilleur.

« On pourrait dire que nous nous sommes radicalisés, dit Raven, mais à cause de la réalité. C’est comme ça que l’on sait que la révolution est la seule solution – quand la réalité est un désastre complet. »

Ces questions étudient la façon dans laquelle Internet pourrait évoluer. Mais le chemin que nous prenons dépend de nous.

Appartenant à