Et si… La manière dont nous investissons dans l’accès à Internet ne faisait qu’entériner les disparités sociales et numériques existantes ?

Opportunités numériques – Des gagnants et des quasi-perdants

« Je déteste cet endroit. » dit Angel avec un grand geste, désignant le grand centre de données derrière les fils barbelés.

La clôture se poursuit sur une grande distance, bordant une route vide. Nous sommes à vingt kilomètres de la ville. Dans un pays où 40% de la population n’a pas accès à Internet, cette ancienne plantation est le premier fournisseur de fibre optique.

Angel se penche à la fenêtre de la voiture pour pointer du doigt l’énorme panneau « Accès interdit ».

« Parfois, je viens jusqu’ici en scooter juste pour le regarder et m’imaginer en train de le brûler. »

Je lui réponds que ça semble être une solution un peu extrême.

« OK, » répond Angel, avec son anglais aux accents d’Hollywood, « d’où je viens, nous avons des baisses de tension électrique tout le temps. Des pannes complètes aussi. Il est impossible de construire quelque chose qui va changer votre vie avec seulement six heures de courant par jour.

- Mais vous avez accès à Internet, non ?

- Quand l’électricité fonctionne, on a 56k par ligne commutée, dit Angel, est-ce que tu sais même ce que c’est ?

- Je viens de New York, et j’ai moins de quarante ans, dis-je en riant, je n’en ai absolument aucune idée.

- A chaque fois que tu veux te connecter, le modem compose le numéro de téléphone. Il n’existe pas de « toujours en ligne ». Et ça se déconnecte. Tout. Le. Temps. Je suis en train de créer un site, je télécharge les pages, et boum. C’est fini. Recommence.

- Ça a l’air frustrant, » répondis-je.

Angel pointe du doigt le centre de données.

« Mais ici, les lumières sont toujours allumées. Ils rationnent la bande passante par les points d’échanges toutes les cinquante connections, et c’est l’une d’entre elles.

- Donc, dis-je, on dirait une opportunité mais ça n’en est pas une ?

- Ils bénéficient de l’énergie, dit-il, les réductions d’impôts. Tu sais qu’il n’y a que trois personnes qui travaillent ici ? Mais quand ça a ouvert, toute la classe politique a eu sa photo prise à la cérémonie. C’est comme s’ils récupéraient le meilleur et nous, nous ne sommes que des... »

Il fait une pause et reprend son souffle.

« Ça me rend fou, dit-il, doucement. Ça me donne envie de faire quelque chose. »

Ces questions étudient la façon dans laquelle Internet pourrait évoluer. Mais le chemin que nous prenons dépend de nous.

Appartenant à